Appel à communication

séminaire annuel de l’association « Fonciers en Débat »

les 5 et 6 Avril 2018 à Grenoble

« Décroissance urbaine et déprise foncière »

  • Dans un certain nombre de centres de villes moyennes et petites, l’immobilier et le foncier sont directement affectés par un processus de déprise souvent cumulatif : logements vacants, commerces qui ferment, terrains à l’abandon, équipements surdimensionnés. La baisse des valeurs foncières provoque une série de problèmes spécifiques sur lesquels les outils habituels de l’aménagement demeurent sans prise et qui échappent même aux catégories conceptuelles des aménageurs.
  • De nouvelles politiques urbaines doivent être imaginées pour répondre au désarroi des populations locales qui voient leur cadre de vie leur échapper. Ces dernières années, on a certes vu se multiplier les études sur les villes en décroissance, mais le diagnostic n’est jamais simple. Les facteurs des crises urbaines sont multiples et ils interfèrent : démographie vieillissante, départ des jeunes ménages, concurrence des pôles commerciaux périphériques, enclavement et éloignement de métropoles dynamiques, spécialisations industrielles en déclin, concurrence de pays émergents, etc. Cette complexité appelle à la confrontation des analyses conduites dans le cadre de différentes disciplines (économie, géographie, sociologie, urbanisme…).
  • De nouvelles manières de gérer la décroissance doivent être trouvées par les élus, les urbanistes, les aménageurs et les opérateurs pour adapter les politiques urbaines, l’aménagement foncier, les plans d’urbanisme à ces nouvelles
    réalités. Il est temps, aussi, de se demander si des opportunités inédites ne pourraient pas naître de cette « déprime foncière », permettant de réaliser des aménagements vertueux sur le plan écologique, économique ou social, ou des expérimentations temporaires innovantes.

Ce séminaire, qui fait suite à ceux que l’association avait organisés à Lyon et à Lausanne, les années précédentes, réunira des élus, des professionnels et des chercheurs, qui sont invités à proposer dès à présent (et au plus tard à la fin janvier 2018) des projets de contributions présentant des analyses innovantes ou des retours d’expériences.
Les exposés des contributeurs s’appuieront sur un texte et/ou diaporama. Ils seront relayés par la suite dans La revue foncière qui rendra compte de l’ensemble des débats.

Pour participer aux discussions, adressez vos propositions par email à contact@fonciers-en-debat.com 
ou par courrier à l’association Fonciers en débat, 5 rue de Charonne, 75011 Paris.
Merci d’y faire ressortir la question centrale de la contribution en un résumé de moins d’une page et de préciser vos coordonnées [nom(s), prénom(s), organisme, adresse postale, email, téléphone]

7#Atelier du foncier

La compensation écologique : quelles adaptations des acteurs fonciers à cette nouvelle contrainte ?

le 11 décembre 2017

à Avignon (Salle 2E04 – 2e étage)

programme

9h30 Accueil des participants
10h00 Exposés de doctorants / post-doctorants sur leurs travaux 
Charlotte BIGARD: « La séquence ERC : un instrument permettant l’inclusion de la biodiversité comme donnée d’entrée à différentes échelles de l’aménagement du territoire ? »
Coralie CALVET: « Analyse de l’utilisation de la compensation écologique dans les politiques comme outil de conciliation des intérêts économiques et des objectifs de conservation de la biodiversité »

Discussions sur l’organisation et les projets du RJCF

12h30 Pause repas

14h00 Introduction : Claude NAPOLÉONE, Économiste, Ingénieur de recherche à l’INRA

14h15 Table Ronde
Erwan MAROLLEAU, Chef de service études, SAFER PACA
Axel WOLFF, Responsable du pôle Bouches-du-Rhône du CEN PACA et conservateur de la RNN des Coussouls de Crau
Pierre BIEUZEN, Chargée de mission développement durable et Amandine FAGES, Chargée de mission foncier, Nîmes Métropole
Samuel BUSSON, Chargé d’études biodiversité et foncier au CEREMA

17h00 Clôture de la journée

soutenance de thèse de Marion SERRE

Lundi  13 NOVEMBRE 2017 À 14:15

Marion Serre soutient sa thèse

« Le tiers foncier. Ressources, controverses et expérimentations. L’exemple de la ville de Marseille »
à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Marseille 184, avenue de Luminy – case 924 13288 Marseille cedex 9

amphithéâtre carré
Jury

Stéphane HANROT (directeur de la thèse –  Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Marseille / Laboratoire Project[s]); Martin VANIER, Agnès DEBOULET, Muriel GIRARD, René BORRUEY (co-directeur de la thèse), Clara SANDRINI, Stéphane TONNELAT

Résumé de la thèse
Cette recherche est née d’une interrogation sur les décalages existants entre la forme, le statut de propriété et l’usage du foncier non bâti, à l’origine d’une catégorie d’espaces communément nommés les délaissés urbains. … https://ecole-doctorale-355.univ-amu.fr/en/soutenance/2116

4ème rencontres du Réseau Finances Locales

Réseau Finances Locales                       Animé par des représentants du laboratoire universitaire de Paris-Est (Lab’Urba) et de l’Assemblée des Communautés de France (AdCF), soutenu par le groupe Caisse des dépôts, la Banque postale et le PUCA, le Réseau Finances Locales conduit différentes activités en vue de mieux comprendre les mutations en cours des finances et de la gestion publique locale, en lien avec l’actualité et les mutations territoriales.
La quatrième édition des rencontres sera organisée

 le 21 Novembre 2017 à Montrouge (92)

autour de six ateliers conjuguant recherche et action à partir de diverses entrées, mettant en relation les finances locales avec d’autres champs d’intérêt et d’intervention des collectivités : immobilisation foncière et aménagement, développement économique, financement participatif, évolution des politiques publiques dans un contexte d’austérité budgétaire,

Piloté par un chercheur et par un représentant d’une communauté ou d’une métropole, chaque atelier sera l’occasion de présenter une initiative de recherche et/ou une expérience locale, et d’échanger sur les problématiques rencontrées localement. Les débats permettront de faire émerger des axes de recherche prioritaires, qui seront approfondis en 2018 dans le cadre de groupes de travail associant les communautés et métropoles intéressées et les chercheurs.

Pour s’inscrire en ligne : http://colloquefinancespubliques.site.exhibis.net/

Consulter le programme : http://www.adcf.org/files/AGENDA/adcf-prog-coll-finances-locales-211117-.pdf

Colloque : La loi d’orientation foncière dans l’histoire de l’aménagement urbain et rural

Un demi-siècle après la promulgation de cette loi, ce colloque propose d’interroger l’histoire de l’aménagement urbain et rural au prisme de cette loi si particulière, en croisant des interventions de chercheurs et des tables rondes de témoins de différentes époques, depuis (…)

Ce colloque prévu les 8 et 9 novembre 2017 est organisé par le Comité d’histoire en partenariat avec le Laboratoire ACP (EA 3350) de l’Université Paris-Est-Marne La Vallée.

Il y a 50 ans, le premier ministre de l’Équipement, Edgard Pisani, préparait la loi d’orientation foncière (LOF), promulguée le 30 décembre 1967.

Un demi-siècle après, ce colloque propose d’interroger l’histoire de l’aménagement urbain et rural au prisme de cette loi si particulière, en croisant des interventions de chercheurs et des tables rondes de témoins de différentes époques, depuis les premières années de conception du nouveau dispositif jusqu’aux questions contemporaines de ce début de XXIe siècle.

Programme du colloque:http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/la-loi-d-orientation-fonciere-lof-a-50-ans-l-a2458.html

Programme – Représenter les marchés immobiliers

Journée d’études – Représenter le marché immobilier

De 9h30 à 17 h – Entrée libre sur inscription
Paris – 11 juillet 2017 – Université Paris 7 Diderot – Salle M 019

Organisation et animation :

R. Le Goix ; G. Boulay ; L. Casanova Enault ; L. Bonneval

Programme de la journée

9h30 : accueil des participant(e)s

9h45 : introduction de la journée (R. Le Goix)

Session 1 : Segmenter les marchés pour les observer

10h00 : Comment reconstituer les chiffres de la promotion immobilière en France ? B. COULONDRE

10h30 : Processus de création d’une segmentation des marchés dans DV3F.  M. JOURNET et B. LEROUX

11h00 : Une représentation s’ajoute aux autres : une analyse des dispositifs d’observation des marchés du logement en Colombie. N. CUERVO

Session 2 : Découpages spatiaux et références de prix

12h00 : Analyse empirique des hiérarchies spatiales des prix immobiliers au sein des aires urbaines et conditions de construction d’un indice spatial des valeurs immobilières. B. FILIPPI

12h30 : Est-il possible de représenter la complexité des marchés métropolitains du logement ? T. LE CORRE

13h-14h : Pause déjeuner

14h00: Evaluer la pertinence des échelles de cartographie du marché immobilier grâce au scalogramme. R. LOUVET, D. JOSSELIN, M. COULON, L. CASANOVA ENAULT, G. BOULAY

14h30 : Détecter et délimiter des marchés locaux : approche bottom up et non estimative de la représentation des prix immobiliers. L. CASANOVA ENAULT, M. COULON, G. BOULAY

Session 3 : Théories économiques et représentation des marchés

15h30 : Cartographier les valeurs du marché des logements : un retour d’expérience. A. SIMON

16h00 : Représenter les marchés immobiliers en déséquilibre. Ch. TUTIN

les 30 ans de l’Observatoire régional du foncier en Ile-de-France

ÉTAT, RÉGION, MÉTROPOLE ET COLLECTIVITÉS : POUR QUELLE DYNAMIQUE DE PROJETS ?

29 juin 2017 – 16h30 – Serre des Docks de Saint-Ouen

Candidature francilienne aux Jeux Olympiques 2024, mais aussi à l’Exposition universelle 2025, premières lignes du métro du Grand Paris en construction : l’Île-de-France, pourtant si souvent décriée pour sa complexité et la difficulté à y concrétiser les projets urbains, affiche une ambition et un dynamisme de premier plan.
Le fourmillement des projets s’affirme à l’heure où la gouvernance des territoires se redéfinit, non sans incidence sur la maîtrise d’ouvrage des projets urbains, et où les collaborations se multiplient, notamment dans le cadre d’appels à projets.
Dans ce contexte, quelles sont les conditions de réussite et d’aboutissement des projets franciliens ?
Responsables politiques et professionnels aménageurs, promoteurs, architectes sont invités par l’ORF à en débattre avec le public.

Programme et Inscription obligatoire sur orf@orf.asso.fr

Appel à communications – Représenter le marché immobilier

Journée d’études  – Paris – 11 juillet 2017

Université Paris 7 Diderot  – Entrée libre sur inscription

La fixation des prix immobiliers et le fonctionnement du marché immobilier sont au cœur de nombreuses préoccupations académiques et professionnelles. Ces travaux se fondent systématiquement sur des quantifications dont les enjeux tendent à être occultés par la facilité (enfin !) accrue d’accès aux données.
En-deçà de la problématique de l’accès aux données et de la comparaison des résultats issus des différentes bases de données sur les prix et les transactions immobilières, cette journée d’étude s’attachera à montrer combien les indicateurs du marché immobilier dépendent de toute une série d’opérations préalables. On se penchera notamment sur les impacts dus à la segmentation du marché et aux modalités de calcul des prix. Ces deux étapes sont indispensables à toute représentation statistique d’un marché : derrière les marronniers de la presse ou les évaluations des Domaines, on trouvera nécessairement un choix de segmentation (séparation du marché des maisons de celui des appartements, par exemple) et de méthode statistique (utilisation de la moyenne après éviction de ventes aberrantes par exemple). Dans le cas d’une représentation cartographique du marché, ces étapes sont en outre particulièrement sensibles au choix de la maille spatiale retenue (MAUP). « L’évidence pratique du marché » (Topalov, 1984) fait souvent passer au second plan ces choix conceptuels et techniques et entérine, du
moins dans les esprits de nombre d’utilisateurs de ces données le « modèle métrologique réaliste des sciences de la nature » selon lequel « la réalité existe antérieurement à son observation » (Desrosières, 2001). Or ce modèle ne correspond pas à la réalité de marchés immobiliers très encastrés et d’une économie standard performative, où l’information est susceptible de déterminer en partie les décisions d’achat ou de vente (Callon, 1998, Smith et al., 2006).
On attend donc des communications qu’elles éclairent des questions essentielles : comment la structuration des bases de données contraint-elle la représentation du marché ? Les catégories et les sous-marchés conçus par les professionnels du secteur conditionnent-ils l’observation statistique du marché ? Doit-on préférer le recours aux seules ventes effectives ou à une valeur artificiellement construite ? Le cas échéant, quel est l’impact des différentes méthodes de modélisation ou d’interpolation spatiale des prix ? Quel traitement réserver aux valeurs extrêmes d’un marché local ?
Les contributions se rattacheront à trois axes de questionnement :
– La définition du périmètre des transactions immobilières et le recours à des sources alternatives pour l’étude du marché
– La définition d’un prix de vente pour un segment donné
– Les incidences des méthodes de géomatique et de statistique spatiale sur les résultats
Les travaux d’analyse spatiale ou d’économétrie sont évidemment bienvenus mais la question de la représentation des marchés immobiliers n’est en aucune manière exclusivement quantitative. La segmentation des marchés comme la construction des prix impliquent des conventions et des décisions de classement, pour utiliser les termes d’A. Desrosières. Ces questions sur la fabrication des sources et des catégories de marchés, antérieure à leur réutilisation sont donc centrales à toute représentation des marchés immobiliers.
Date limite de soumission des résumés (2 500 signes max., espaces compris) : 28 juin, 14h par mail aux adresses suivantes :
renaud.legoix@univ-paris-diderot.fr
guilhem.boulay@univ-avignon.fr
laure.casanova@univ-avignon.fr
loic.bonneval@univ-lyon2.fr