Tous les articles par Chloé Desgranges

Appel à contributions – « Ciudades y conflictos en América Latina: ayer, hoy y mañana »

Appel à communication

La revista Territorios convoca a proponer artículos desde cuatro ejes principales:

–          Conflictos de ordenamiento territorial, planificación y proyecto urbano: los conflictos relacionados al acceso al suelo, a la legalización de la propiedad o a los procesos de expropiación, los lugares movilizados por (o dentro de) los conflictos, las relaciones simbólicas que existen entre los conflictos y estos lugares, los discursos que acompañan tanto las intervenciones urbanas como las luchas y reivindicaciones.

–          Conflictos por el acceso y la gestión de los servicios públicos: las reivindicaciones por la igualdad en el acceso a los servicios básicos (agua, luz, etc.), sociales (salud, educación, etc.) u otros como el transporte, los conflictos relacionados con las modalidades de gestión de los servicios públicos urbanos.

–          Conflictos ambientales: en relación al auge de la temática ambiental en la agenda política y su inserción en las políticas urbanas, conflictos sobre problemas ambientales en la ciudad o relacionados a la explotación de recursos naturales por y para la ciudad.

–          Conflictos, inseguridad y orden público: las implicaciones de la regulación de los “disturbios” en la organización y el funcionamiento de la ciudad. Las reivindicaciones de seguridad y las manifestaciones y la gestión del orden público y de la violencia.

Date limite : 30 avril 2016

[ appel complet ]

Les producteurs de grandes cultures dans le périurbain toulousain. Quelle insertion dans les territoires de la demande urbaine ?

auteurs : Isabelle Duvernoy et Sylvie Paradis

En France, l’agriculture périurbaine, de mieux en mieux protégée par les documents d’urbanisme, fait face à un paradoxe. La « demande urbaine », exprimée par les collectivités territoriales, réclame la production d’une alimentation de proximité, notamment de produits frais. Elle témoigne d’un souci pour le maintien d’une qualité et d’une accessibilité de l’environnement à proximité des villes. Pourtant, la majorité des exploitations et des surfaces agricoles sont dédiées à des productions répondant à un autre modèle professionnel : la production de grandes cultures. C’est le cas par exemple dans l’aire urbaine de Toulouse. Nous souhaitons dans cet article rendre compte de l’ancrage des producteurs en grandes cultures dans les territoires périurbains, territoires qui sont désormais organisés par des acteurs non agricoles. J.Agnew (1990) différencie trois dimensions dans le rapport d’une activité au territoire. Ces dimensions ont servi de guide pour analyser les entretiens menés auprès de 15 producteurs en grandes cultures, installés dans l’aire urbaine toulousaine. Les résultats de cette analyse qualitative permettent de mieux comprendre l’exercice de leur activité en contexte périurbain, en vue de mieux les accompagner et développer de nouveaux services et biens pour la vie urbaine.

[ article complet ]

Appel à contribution – Geocarrefour – « Gouverner la ville verticale »

Appel à communication

> Les tours dans la légitimation politique et l’imaginaire de la ville
> Fonctions, marchés et entrepreneurs de la ville verticale
> Vivre ensemble dans la ville verticale : solidarité, entre soi, contrôle
> La verticalisation contestée : quelle régulation politique des tours ?

Ce numéro spécial de la revue Géocarrefour entend se saisir des enjeux politiques de la verticalisation passée et contemporaine de l’urbanisation, alors que se multiplient les tours dans les villes à travers le monde et que les espaces souterrains et aériens sont de plus en plus mobilisés et contestés. L’intensification de l’urbanisation qui en résulte, planifiée (injonction à la ville dense) ou non, accroit localement la pression sur les ressources, contribue à modifier les circulations, à fragmenter l’espace social et réinterroge plus largement la production, la régulation et le partage des environnements urbains.

Dans le même temps, émergent des propositions théoriques visant à formaliser le volume urbain ou à renouveler les grilles d’analyse de la ville dans les trois dimensions que sont la longueur, la largeur et la hauteur (Graham, 2011 ; Harris, 2014). Les études urbaines ont produit un appareil théorique fondé principalement sur deux dimensions de l’espace géographique. Avec la verticalisation rapide des métropoles, un renouvellement des réflexions et actions sur la ville est nécessaire : il passe par le croisement des regards disciplinaires sur le couple horizontalité/verticalité urbaines.

Plusieurs recherches adoptant une entrée verticale ont toutefois été menées, marquées néanmoins par leur rattachement disciplinaire et l’absence de perspective systémique et transversale. Dans les domaines de l’architecture et des sciences de l’ingénieur, l’attention s’est portée sur la durabilité supposée des tours (Yeang, 1996 ; Ferrier, 2007) sans que les usages ni les modalités de gouvernance soient considérés. D’autres travaux ont porté sur l’analyse des enjeux paysagers des transformations physiques des villes (McNeill, 2002 ; Appert, 2008 ; Appert et Montès, 2015) dans la perspective d’un empaysagement croissant des sociétés (Debarbieux, 2007). La question des usages et de l’accès aux strates supérieures de la ville verticale s’est principalement construite à partir d’une grille critique, qui réinterroge la propriété, l’accessibilité et le contrôle des espaces en hauteur (Ayoub, 2009 ; Graham et Hewitt, 2013). Cette dernière approche conduit progressivement les chercheurs à questionner la concentration, ségrégation et fragmentation sociales dans leur dimension verticale (Appert, 2012 ; Harris, 2014 ; Charney et Rosen, 2014). La valeur attribuée à la hauteur est alors déterminante pour les promoteurs mais aussi pour les populations et les collectivités, tant d’un point de vue économique que symbolique (Han et al., 2005 ; Moon et al., 2010). Si la question du droit à la ville se pose dans la verticalisation de la ville, elle renvoie plus généralement aux débats sur les modes de gouvernance « public-privé » des métropoles.

Les articles attendus, issus de disciplines diverses dont la géographie, l’urbanisme, la science politique, l’histoire, l’économie ou la sociologie, pourront s’appuyer sur des comparaisons ou des monographies. Les propositions pourront interroger de façon empirique et/ou théorique la verticalisation des espaces urbanisés, appréhender les enjeux politiques de la verticalisation à l’époque contemporaine ou dans le passé. Ce numéro spécial souhaite approfondir la gouvernance de la ville verticale à partir de contextes urbains variés, tant du point de vue de la forme urbaine que de celui de l’inscription politique et économique dans la hiérarchie internationale des villes dans les différentes régions du monde. Les articles s’inscriront dans l’une des quatre thématiques présentées ci-dessous et pourront les croiser.

 

 

 

AU PLUS TARD LE 30 avril 2016

[ appel complet ]

Colloque “L’appropriation privative du collectif et du commun”, 21 et 22 janvier 2016, Paris

L’appropriation privative du collectif et du commun : théories, histoire et politiques

Avec la marchandisation (commodification) et la propriétarisation (proprietarization) tendancielles de toutes les portions de la vie humaine et des ressources, on peut se demander si l’on n’assiste pas à l’extension du domaine des biens privés au détriment de celui des biens publics/collectifs et communs. Si c’est le cas, quels sont les enjeux, les implications et les conséquences éventuelles d’une telle relation de vases communicants ?

Dates : 21 et 22 janvier 2016

Lieu : Maison des Sciences Économiques, 106-112, boulevard de l’Hôpital, 75013 Paris.

Comité scientifique :  Marie-Aline Chardeaux (Paris-Est Créteil), Marie Cornu (CNRS), Marc Fleurbaey (Princeton), Caroline Guibet Lafaye (CNRS), Stéphane Haber (Paris 10), Agnès Labrousse (Université Picardie Jules-Verne), Christian Laval (Paris 10), Emmanuel Picavet (Paris 1), Sarah Vanuxem (Nice Sophia Antipolis), Richard Sturn (Graz).

Comité d’organisation :  Elodie Bertrand (CNRS, PHARE), Pierre Crétois (Sophiapol), Michel Forsé (CNRS, CMH), Caroline Guibet Lafaye (CNRS, CMH), Philippe Poinsot (Paris-Est, LVMT), Cédric Rio (CNRS, CMH), Thomas Watkin (Univ. de Nîmes)

 

[ programme complet ]

Parution : « La production des espaces urbains à Phnom Penh. Pour une géographie sociale de l’immobilier » – Gabriel Fauveaud

index« Cet ouvrage examine la transformation contemporaine des territoires urbains de Phnom Penh, capitale du Cambodge, par l’étude de la production, des activités et des stratégies immobilières. Le fait immobilier ne se limite pas à sa dimension économique : il est aussi tributaire des dynamiques sociales, politiques, culturelles et spatiales qui structurent à la fois les formes urbaines produites, le déploiement des activités qui y sont associées et les stratégies des acteurs impliqués. Cet ouvrage propose ainsi une « géographie sociale de l’immobilier » à Phnom Penh, qui semble d’autant plus justifiée par la trajectoire urbaine aussi singulière que tragique de cette petite capitale sud-est asiatique : entre 1975 et 1979, la ville fut totalement vidée de ses habitants par le régime khmer rouge, sous lequel près d’un quart de la population du pays trouva la mort. En ce sens, la réorganisation de la production immobilière participe de la renaissance d’une urbanité partiellement détruite. Cependant, ces processus suscitent d’importantes tensions socio-spatiales, qui démontrent à quel point l’immobilier est devenu, aussi bien à Phnom Penh que dans un très grand nombre de contextes urbains, une activité qui génère de fortes inégalités socio-économiques. Ce livre montre ainsi que l’immobilier est le produit de multiples relations de pouvoir où différents acteurs jouent avec les territoires pour s’approprier les ressources qu’ils contiennent.

Gabriel Fauveaud est docteur en géographie et diplômé de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur les dynamiques socio-spatiales des pratiques, stratégies et productions immobilières dans les pays en développement. Il a publié de nombreux articles sur Phnom Penh en français et en anglais. Il poursuit actuellement ses recherches à l’Institut d’urbanisme et au Département de sciences politiques de l’Université de Montréal. »

[ site de l’éditeur ]

Un site dédié aux DVF !

Une bonne nouvelle pour les utilisateurs actuels et futurs des données du service DVF (Demande de Valeurs Foncières).

Les travaux du groupe nationale-DVF ont aboutit à la rédaction d’un guide pratique complet et à la mise en ligne d’un site dédié qui permet l’accès à une mine d’information.

Il est organisé en fiches téléchargeables qui couvrent tout (ou presque) : de la théorie à la pratique , de l’accès au service à l’utilisation pratique des données.

[ ACCÈS AU SITE ]

Aussi, n’oubliez pas le blog  SIG & Urba hébergé par GeoRezo qui est le lieu d’échanges et d’infos sur les DVF.

[ DVF sur SIG & Urba ]

Appel à contribution pour la revue Espaces et sociétés sur “Logement et inégalités”

Le logement est un objet profondément politique. Cet appel à articles part de l’idée selon laquelle cet enjeu politique est directement lié à la prégnance des inégalités sociales dans le logement, qu’il s’agisse des relations asymétriques entre propriétaire et locataire ou des multiples dimensions que revêtent les inégalités en termes d’accès et de conditions de logement (niveau de confort, statut d’occupation, coût du logement rapporté aux revenus, prestige de l’emplacement, etc.).

Coordination du dossier
Florence Bouillon, Anne Clerval, Stéphanie Vermeersch

Calendrier
1er avril 2016 : date limite de remise des articles
15 juin 2016 : information des auteurs

Adresse pour la correspondance
exclusivement en version électronique par courriel aux deux adresses suivantes :
florence.bouillon@gmail.com
anne.clerval@univ-paris-est.fr
stephanie.vermeersch@u-paris10.fr

Les auteurs qui s’interrogent sur la pertinence de leur proposition
peuvent contacter les coordinateurs

[ appel complet ]