Archives de catégorie : Billets

4ème rencontres du Réseau Finances Locales

Réseau Finances Locales                       Animé par des représentants du laboratoire universitaire de Paris-Est (Lab’Urba) et de l’Assemblée des Communautés de France (AdCF), soutenu par le groupe Caisse des dépôts, la Banque postale et le PUCA, le Réseau Finances Locales conduit différentes activités en vue de mieux comprendre les mutations en cours des finances et de la gestion publique locale, en lien avec l’actualité et les mutations territoriales.
La quatrième édition des rencontres sera organisée

 le 21 Novembre 2017 à Montrouge (92)

autour de six ateliers conjuguant recherche et action à partir de diverses entrées, mettant en relation les finances locales avec d’autres champs d’intérêt et d’intervention des collectivités : immobilisation foncière et aménagement, développement économique, financement participatif, évolution des politiques publiques dans un contexte d’austérité budgétaire,

Piloté par un chercheur et par un représentant d’une communauté ou d’une métropole, chaque atelier sera l’occasion de présenter une initiative de recherche et/ou une expérience locale, et d’échanger sur les problématiques rencontrées localement. Les débats permettront de faire émerger des axes de recherche prioritaires, qui seront approfondis en 2018 dans le cadre de groupes de travail associant les communautés et métropoles intéressées et les chercheurs.

Pour s’inscrire en ligne : http://colloquefinancespubliques.site.exhibis.net/

Consulter le programme : http://www.adcf.org/files/AGENDA/adcf-prog-coll-finances-locales-211117-.pdf

Programme – Représenter les marchés immobiliers

Journée d’études – Représenter le marché immobilier

De 9h30 à 17 h – Entrée libre sur inscription
Paris – 11 juillet 2017 – Université Paris 7 Diderot – Salle M 019

Organisation et animation :

R. Le Goix ; G. Boulay ; L. Casanova Enault ; L. Bonneval

Programme de la journée

9h30 : accueil des participant(e)s

9h45 : introduction de la journée (R. Le Goix)

Session 1 : Segmenter les marchés pour les observer

10h00 : Comment reconstituer les chiffres de la promotion immobilière en France ? B. COULONDRE

10h30 : Processus de création d’une segmentation des marchés dans DV3F.  M. JOURNET et B. LEROUX

11h00 : Une représentation s’ajoute aux autres : une analyse des dispositifs d’observation des marchés du logement en Colombie. N. CUERVO

Session 2 : Découpages spatiaux et références de prix

12h00 : Analyse empirique des hiérarchies spatiales des prix immobiliers au sein des aires urbaines et conditions de construction d’un indice spatial des valeurs immobilières. B. FILIPPI

12h30 : Est-il possible de représenter la complexité des marchés métropolitains du logement ? T. LE CORRE

13h-14h : Pause déjeuner

14h00: Evaluer la pertinence des échelles de cartographie du marché immobilier grâce au scalogramme. R. LOUVET, D. JOSSELIN, M. COULON, L. CASANOVA ENAULT, G. BOULAY

14h30 : Détecter et délimiter des marchés locaux : approche bottom up et non estimative de la représentation des prix immobiliers. L. CASANOVA ENAULT, M. COULON, G. BOULAY

Session 3 : Théories économiques et représentation des marchés

15h30 : Cartographier les valeurs du marché des logements : un retour d’expérience. A. SIMON

16h00 : Représenter les marchés immobiliers en déséquilibre. Ch. TUTIN

les 30 ans de l’Observatoire régional du foncier en Ile-de-France

ÉTAT, RÉGION, MÉTROPOLE ET COLLECTIVITÉS : POUR QUELLE DYNAMIQUE DE PROJETS ?

29 juin 2017 – 16h30 – Serre des Docks de Saint-Ouen

Candidature francilienne aux Jeux Olympiques 2024, mais aussi à l’Exposition universelle 2025, premières lignes du métro du Grand Paris en construction : l’Île-de-France, pourtant si souvent décriée pour sa complexité et la difficulté à y concrétiser les projets urbains, affiche une ambition et un dynamisme de premier plan.
Le fourmillement des projets s’affirme à l’heure où la gouvernance des territoires se redéfinit, non sans incidence sur la maîtrise d’ouvrage des projets urbains, et où les collaborations se multiplient, notamment dans le cadre d’appels à projets.
Dans ce contexte, quelles sont les conditions de réussite et d’aboutissement des projets franciliens ?
Responsables politiques et professionnels aménageurs, promoteurs, architectes sont invités par l’ORF à en débattre avec le public.

Programme et Inscription obligatoire sur orf@orf.asso.fr

Appel à communications – Représenter le marché immobilier

Journée d’études  – Paris – 11 juillet 2017

Université Paris 7 Diderot  – Entrée libre sur inscription

La fixation des prix immobiliers et le fonctionnement du marché immobilier sont au cœur de nombreuses préoccupations académiques et professionnelles. Ces travaux se fondent systématiquement sur des quantifications dont les enjeux tendent à être occultés par la facilité (enfin !) accrue d’accès aux données.
En-deçà de la problématique de l’accès aux données et de la comparaison des résultats issus des différentes bases de données sur les prix et les transactions immobilières, cette journée d’étude s’attachera à montrer combien les indicateurs du marché immobilier dépendent de toute une série d’opérations préalables. On se penchera notamment sur les impacts dus à la segmentation du marché et aux modalités de calcul des prix. Ces deux étapes sont indispensables à toute représentation statistique d’un marché : derrière les marronniers de la presse ou les évaluations des Domaines, on trouvera nécessairement un choix de segmentation (séparation du marché des maisons de celui des appartements, par exemple) et de méthode statistique (utilisation de la moyenne après éviction de ventes aberrantes par exemple). Dans le cas d’une représentation cartographique du marché, ces étapes sont en outre particulièrement sensibles au choix de la maille spatiale retenue (MAUP). « L’évidence pratique du marché » (Topalov, 1984) fait souvent passer au second plan ces choix conceptuels et techniques et entérine, du
moins dans les esprits de nombre d’utilisateurs de ces données le « modèle métrologique réaliste des sciences de la nature » selon lequel « la réalité existe antérieurement à son observation » (Desrosières, 2001). Or ce modèle ne correspond pas à la réalité de marchés immobiliers très encastrés et d’une économie standard performative, où l’information est susceptible de déterminer en partie les décisions d’achat ou de vente (Callon, 1998, Smith et al., 2006).
On attend donc des communications qu’elles éclairent des questions essentielles : comment la structuration des bases de données contraint-elle la représentation du marché ? Les catégories et les sous-marchés conçus par les professionnels du secteur conditionnent-ils l’observation statistique du marché ? Doit-on préférer le recours aux seules ventes effectives ou à une valeur artificiellement construite ? Le cas échéant, quel est l’impact des différentes méthodes de modélisation ou d’interpolation spatiale des prix ? Quel traitement réserver aux valeurs extrêmes d’un marché local ?
Les contributions se rattacheront à trois axes de questionnement :
– La définition du périmètre des transactions immobilières et le recours à des sources alternatives pour l’étude du marché
– La définition d’un prix de vente pour un segment donné
– Les incidences des méthodes de géomatique et de statistique spatiale sur les résultats
Les travaux d’analyse spatiale ou d’économétrie sont évidemment bienvenus mais la question de la représentation des marchés immobiliers n’est en aucune manière exclusivement quantitative. La segmentation des marchés comme la construction des prix impliquent des conventions et des décisions de classement, pour utiliser les termes d’A. Desrosières. Ces questions sur la fabrication des sources et des catégories de marchés, antérieure à leur réutilisation sont donc centrales à toute représentation des marchés immobiliers.
Date limite de soumission des résumés (2 500 signes max., espaces compris) : 28 juin, 14h par mail aux adresses suivantes :
renaud.legoix@univ-paris-diderot.fr
guilhem.boulay@univ-avignon.fr
laure.casanova@univ-avignon.fr
loic.bonneval@univ-lyon2.fr

Offre d’emploi: Société du Grand Paris

la Société du Grand Paris recherche actuellement
un Chargé de Mission Acquisitions Foncières confirmé.
Le poste est en CDI.

ci-dessous un lien d’une ancienne offre :
https://www.societedugrandparis.fr/offre/chargee-de-mission-acquisitions-foncieres

Si des personnes sont intéressées par ce poste, ils peuvent faire une candidature spontanée soit via le site de la SGP ou par voie postale.

Séminaire « fonciers en débat » 16-17 février 2017 à Lausanne

Inscrivez-vous en ligne: https://docs.google.com/forms/d/1UKGa5eXDi1xNW5g7TP-SQD0bT6LxUxQi4Qll2OpLl5o
Les frais d’inscription sont limités à 50 € (incluant les repas)

Programme des journées

Jeudi 16 février 2016
13h45 Accueil
14h Equipe de l’université de Lausanne exposé introductif
Session 1. Montage de projet et valeur foncière. (J. Comby, modérateur)
O. Crevoisier – N. Vera-Büchel La programmation créatrice de valeur
A.Bouteille – G. Dupuy Chartes locales et prix maitrisés
Albéric Hopf L’impact de la gestion foncière sur le projet urbain : l’opération « Praille Acacias Vernets » à Genève
F. Baltzer La « résilience » foncière : quels montages opérationnels
permettent de ménager le devenir des sols après leur
usage?
Diner à Lausanne

Vendredi 17 février 2016
9h Session 2. Les opérations de remembrement (J. Ruegg, modérateur)
P. Dethier – J.-M. Halleux Le remembrement-relotissement en Wallonie et aux Pays-Bas : est-il possible de réveiller la Belle Endormie ?
D. Leroy, P-H Bombenger, F-X Viallon et S. Nahrath propriétaires fonciers et objectifs publics dans un syndicat d’améliorations foncières: une formule « gagnant-gagnant »
P. Kerger Les AFU : une remise d’immeuble pour payer les frais d’aménagement ?
Session 3. L’aménagement sans acquisition foncière (N. Aveline : modérateur)
A.Giraud Conventionner avec le propriétaire pour aménager sans acheter le foncier
Th. Sablé Du portage foncier à l’aménagement sans foncier : l’intérêt d’un EPF
Repas

14h Session 4. Les montages d’opérateurs privés (Ph. Weber et S. Duvillard: modérateurs)
B.Bianchet – J.-M. Halleux Quelle place pour les acteurs privés dans la régénération des friches sidérurgiques ? L’exemple de la Wallonie
J. Idt Grands propriétaires privés, petits promoteurs semi-professionnels ou marchands de biens ? Les petits opérateurs privés dans les processus « spontanés » d’urbanisation
V. le Rouzic « De quel droit sommes-nous propriétaires ?
Controverse juridique autour du bail réel solidaire »
P. Citron Promoteurs et propriétaires fonciers : la fin du compte à rebours – un nouveau mode de négociation par la programmation
S. Guelton Synthèse et conclusion
17h00 Fin du séminaire

Les intervenants
Olivier Crevoisier – professeur – GRET – Université de Neuchâtel
Nelson Vera-Büchel – chercheur au GRET – Université de Neuchâtel
Arnaud Bouteille – créateur et animateur de FIDERIM, promotion immobilière
Guilhem Dupuy – élève à l’École Normale Supérieure de Cachan. Il est l’auteur d’un rapport sur les négociations entre élus locaux et promoteurs et poursuit actuellement ses recherches sur les marchés immobiliers
Albéric Hopf – Chef de projet, République et Canton de Genève, Département de l’aménagement, du logement et de l’énergie (DALE), Office de l’urbanisme (OU), Direction Praille Acacias Vernets (DDU PAV)
Franck Balzer – Directeur Adjoint – direction stratégique, partenariats expertises, Etablissement Public Foncier Ile-de-France (EPFIF)
Perrine Dethier – doctorante à ECOGEO, Université de Liège
Jean-Marie Halleux – professeur – ECOGEO et Lepur, Université de Liège
Denis Leroy – Ingénieur EPFL, Responsable des démarches foncières, Service du développement territorial, Département du territoire et de l’environnement, État de Vaud
Pierre-Henri Bombenger, professeur, Haute école d’Ingénierie et de gestion du canton de Vaud (HEIG-VD)
François-Xavier Viallon, doctorant, Institut des hautes études en administration publique (IDHEAP), Université de Lausanne
Stéphane Nahrath, professeur, Institut des hautes études en administration publique (IDHEAP), Université de Lausanne
Pascale Kerger – urbaniste, Présidente du Bureau d’Aménagement foncier et d’urbanisme, société privée d’Aménagement et d’Urbanisme
Alain Giraud – créateur de la société Drome Ardèche Immobilier, membre du SNAL
Thomas Sablé – Doctorant / Chargé d’études à l’Etablissement Public Foncier de Haute Savoie
Bruno Bianchet- chargé de recherche au Lepur, Université de Liège
Joël Idt – Enseignant- chercheur au Lab’Urba – université Paris Est Marne la Vallée
Vincent Le Rouzic – doctorant Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Consultant au sein de l’agence Espacité, Président de l’association Community Land Trust France
Paul Citron – Docteur Paris 1 Panthèon-Sorbonne

Et l’équipe d’organisation
Natacha Aveline – directeur de recherche CNRS –
Joseph Comby – rédacteur en chef de la Revue foncière
Olivier Crévoisier – professeur – GRET – Université de Neuchâtel
Sylvie Duvillard – Enseignant chercheur à l’UMR PACTE – Université de Grenoble Alpes
Sonia Guelton – Professeur – Ecole d’Urbanisme de Paris – Université Paris Est- présidente de l’association
Jean Rüegg – Professeur – Institut de géographie et durabilité – Université de Lausanne
Philippe Weber – Collaborateur scientifique, Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication DETEC, Office fédéral du développement territorial ARE

Fonciers en débat 16-17 février 2017 @ Lausanne – appel à contributions

Le Flon - Place de l'Europe

Place de l’Europe à Lausanne. Photo : Gustave Deghilage.

Chercheurs et praticiens de l’aménagement sont invités à échanger leurs vues sur les modalités de mise en œuvre et l’efficacité de dispositifs opérationnels et d’incitations publiques pour faciliter la mobilisation du foncier tout en contrôlant son cout dans un processus de l’aménagement en recomposition.

Peuvent être en particulier examinées le traitement du foncier dans les montages suivants :

  •  Les arrangements avec les propriétaires fonciers
    • Formules d’intéressement des propriétaires, par exemple par apport du foncier en dation.
    • Montages du type « bail emphytéotique » ou « droit de superficie » selon que le détenteur du foncier est
      un organisme public, semi-public ou privé.
    • Capacités de négociation des collectivités publiques avec les propriétaires fonciers.
  • Les montages pour le partage de la plus-value
    • Comparaison des démarches privilégiant le « compte à rebours » versus la « mobilisation des plus-
      values d’urbanisation » ou autres mécanismes de « capture de valeur ».
    • Modalités de négociation et de répartition ex ante des futures plus-values dans les grands projets
      urbains.
  • Les montages sur terrains privés : Garantir les impératifs publics
    • Impact sur la négociation foncière des chartes (« charte promoteur » ou « charte de la construction durable ») ou autres accords.
    • Usage et efficacité des montages pour mobiliser le foncier privé dans les cadres légaux français (exemple de « l’association foncière urbaine ») et suisse ;
    • Impératifs publics sur terrains privés : la mobilisation du foncier dans le cadre d’une politique de densification et de requalification urbaine ; dispositifs juridiques à disposition de l’acteur public pour soutenir des politiques spécifiques.
  • Les montages dans le processus de l’aménagement (entre institutions et dans le temps)
    • Gestion du foncier dans la durée de gros projets comprenant plusieurs types d’usage (commercial, bureau, logements) et nécessitant plusieurs étapes de réalisation (examen des possibilités offertes en France par les « divisions de propriété en volume », comparaison avec le régime de la copropriété).
    • Le traitement du foncier dans les nouvelles pratiques impliquant des nouveaux acteurs : fonds d’investissement cotés en bourse ou formes intégrées d’entreprises comme les « entreprises totales » en
      Suisse.

Adressez vos propositions par mail à contact@fonciers-en-debat.com ou par courrier à Association Fonciers en débat, c/o La revue foncière, 5 rue de Charonne, 75011
Paris.

Les professionnels et les chercheurs peuvent proposer leur sujet de contribution ou de retours d’expérience, dès à présent et au plus tard d’ici le 30 novembre 2016.

Télécharger l’appel à contributions au format pdf

5ème atelier du Foncier : Politiques foncières régionales

Le Réseau des Jeunes Chercheurs du Foncier (RJCF) est heureux de vous convier au cinquième Atelier du Foncier.

23 novembre 2016 – UMR ESPACE – Avignon

« Le foncier : instrument de priorisation des politiques d’aménagement régional ? »

Table ronde à 14h00   sur le thème du rôle du foncier dans la priorisation des politiques d’aménagement régional.                      Dominique Figeat, Directeur de l’Observatoire Régional du Foncier en Ile-de-France et Jean-Baptiste Chabert, Chef du service Connaissance et Prospective à la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur nous livreront leur point de vue sur le sujet.

Le déroulé détaillé de la journée vous sera précisé très prochainement.

N’hésitez pas à nous faire part dès maintenant de votre intérêt pour participer à cette journée.