Archives de catégorie : Save the date

Programme – Représenter les marchés immobiliers

Journée d’études – Représenter le marché immobilier

De 9h30 à 17 h – Entrée libre sur inscription
Paris – 11 juillet 2017 – Université Paris 7 Diderot – Salle M 019

Organisation et animation :

R. Le Goix ; G. Boulay ; L. Casanova Enault ; L. Bonneval

Programme de la journée

9h30 : accueil des participant(e)s

9h45 : introduction de la journée (R. Le Goix)

Session 1 : Segmenter les marchés pour les observer

10h00 : Comment reconstituer les chiffres de la promotion immobilière en France ? B. COULONDRE

10h30 : Processus de création d’une segmentation des marchés dans DV3F.  M. JOURNET et B. LEROUX

11h00 : Une représentation s’ajoute aux autres : une analyse des dispositifs d’observation des marchés du logement en Colombie. N. CUERVO

Session 2 : Découpages spatiaux et références de prix

12h00 : Analyse empirique des hiérarchies spatiales des prix immobiliers au sein des aires urbaines et conditions de construction d’un indice spatial des valeurs immobilières. B. FILIPPI

12h30 : Est-il possible de représenter la complexité des marchés métropolitains du logement ? T. LE CORRE

13h-14h : Pause déjeuner

14h00: Evaluer la pertinence des échelles de cartographie du marché immobilier grâce au scalogramme. R. LOUVET, D. JOSSELIN, M. COULON, L. CASANOVA ENAULT, G. BOULAY

14h30 : Détecter et délimiter des marchés locaux : approche bottom up et non estimative de la représentation des prix immobiliers. L. CASANOVA ENAULT, M. COULON, G. BOULAY

Session 3 : Théories économiques et représentation des marchés

15h30 : Cartographier les valeurs du marché des logements : un retour d’expérience. A. SIMON

16h00 : Représenter les marchés immobiliers en déséquilibre. Ch. TUTIN

les 30 ans de l’Observatoire régional du foncier en Ile-de-France

ÉTAT, RÉGION, MÉTROPOLE ET COLLECTIVITÉS : POUR QUELLE DYNAMIQUE DE PROJETS ?

29 juin 2017 – 16h30 – Serre des Docks de Saint-Ouen

Candidature francilienne aux Jeux Olympiques 2024, mais aussi à l’Exposition universelle 2025, premières lignes du métro du Grand Paris en construction : l’Île-de-France, pourtant si souvent décriée pour sa complexité et la difficulté à y concrétiser les projets urbains, affiche une ambition et un dynamisme de premier plan.
Le fourmillement des projets s’affirme à l’heure où la gouvernance des territoires se redéfinit, non sans incidence sur la maîtrise d’ouvrage des projets urbains, et où les collaborations se multiplient, notamment dans le cadre d’appels à projets.
Dans ce contexte, quelles sont les conditions de réussite et d’aboutissement des projets franciliens ?
Responsables politiques et professionnels aménageurs, promoteurs, architectes sont invités par l’ORF à en débattre avec le public.

Programme et Inscription obligatoire sur orf@orf.asso.fr

Colloque « Prix et changements d’usage des sols »

le 17 mai prochain à Avignon

l’Inra, en collaboration avec le Cerema et l’UMR Espace, propose de réunir praticiens et chercheurs sur l’analyse des changements des usages du sol et des prix fonciers/immobiliers à partir de données géo-référencées, en particulier de données spatio-temporelles.

Plus d’informations (programme, inscriptions, contact) sont disponibles sur le site web du colloque : https://journees.inra.fr/prix-cus2017/

#5 ATELIER DU FONCIER – Le foncier dans les Suds : outils théoriques et méthodologiques pour la comparaison

17 Juin 2016 – Institut de Géographie, Paris

9h – 17h

Ce 5ème Atelier du RJCF porte sur les outils de comparaison des systèmes fonciers dans les pays du Sud. Le système foncier renvoie à un ensemble de règles qui régissent la propriété, la conversion et le transfert des sols, qu’ils soient publics ou privés ainsi qu’aux pratiques de gestion de ces ressources. Les acceptions pays du Sud ou pays en développement regroupent des situations très diverses d’un État à l’autre quant à ces règles et à ces pratiques. Cette diversité relève des contextes historiques – notamment le poids culturel et l’héritage juridique souvent issu du passé colonial -, juridiques, politico-économiques et géographiques, et se retrouve en matière de foncier. On observe ainsi une grande diversité de systèmes fonciers entre les États voire au sein d’un même pays.

Comment dès lors porter une démarche d’analyse comparative compte tenu de ces grandes diversités des systèmes fonciers ? L’objet de ce séminaire est donc de partager les expériences de recherche comparatives en la matière, en mettant en avant les outils méthodologiques et théoriques qui permettent de dépasser ces différences sans pour autant les nier. On pourra ainsi se demander si les processus actuels qui touchent l’ensemble des pays en développement – urbanisation, financiarisation de la production de l’espace urbain, tensions environnementales et les injonctions de ville durable, voire déplacements de population, etc. – sont une opportunité pour relancer des approches comparatives du foncier et justement parvenir à des lectures dépassant les spécificités des contextes locaux. Mais la question se pose également dans l’autre sens : l’analyse des processus fonciers peut-elle être une clé de lecture permettant la comparaison ? Il s’agirait alors de mettre en lumière, via l’entrée foncière, des processus transversaux à des territoires dans des situations économiques, culturelles et politiques sensiblement différentes, et pourquoi pas parvenir à terme à une reconnexion des recherches sur les Suds et sur les Nords.

La matinée sera consacrée à des présentations de doctorants et aux échanges sur la vie du RJCF. L’après-midi deux chercheurs interviendront : Natacha Aveline et Eric Denis.

Le programme définitif sera prochainement mis en ligne.

Merci d’informer les organisateurs de votre présence :

persyn.n@gmail.com

Colloque “L’appropriation privative du collectif et du commun”, 21 et 22 janvier 2016, Paris

L’appropriation privative du collectif et du commun : théories, histoire et politiques

Avec la marchandisation (commodification) et la propriétarisation (proprietarization) tendancielles de toutes les portions de la vie humaine et des ressources, on peut se demander si l’on n’assiste pas à l’extension du domaine des biens privés au détriment de celui des biens publics/collectifs et communs. Si c’est le cas, quels sont les enjeux, les implications et les conséquences éventuelles d’une telle relation de vases communicants ?

Dates : 21 et 22 janvier 2016

Lieu : Maison des Sciences Économiques, 106-112, boulevard de l’Hôpital, 75013 Paris.

Comité scientifique :  Marie-Aline Chardeaux (Paris-Est Créteil), Marie Cornu (CNRS), Marc Fleurbaey (Princeton), Caroline Guibet Lafaye (CNRS), Stéphane Haber (Paris 10), Agnès Labrousse (Université Picardie Jules-Verne), Christian Laval (Paris 10), Emmanuel Picavet (Paris 1), Sarah Vanuxem (Nice Sophia Antipolis), Richard Sturn (Graz).

Comité d’organisation :  Elodie Bertrand (CNRS, PHARE), Pierre Crétois (Sophiapol), Michel Forsé (CNRS, CMH), Caroline Guibet Lafaye (CNRS, CMH), Philippe Poinsot (Paris-Est, LVMT), Cédric Rio (CNRS, CMH), Thomas Watkin (Univ. de Nîmes)

 

[ programme complet ]

Colloque Géopoint16 : De l’espace pour la théorie !

Logo Geopoint_Logo Geopoint16

Géopoint16 se déroulera les 13, 14 et 15 juin 2016 à Lausanne, avec pour thématique « De l’espace pour la théorie ».
Qu’est-ce qu’une théorie de l’espace ? A-t-on besoin de théorie pour le décrire, l’expliquer, le comprendre, le transformer ?
Sur le principe, ces questions semblent appeler une réponse consensuelle, mais, en pratique, ce n’est pas si simple.
D’abord, nombre de chercheurs continuent de se détourner de la construction de concepts et d’énoncés théoriques.
Ensuite, la contribution de la recherche sur l’espace à l’ensemble des théories du monde social reste souvent implicite, insuffisamment diffusée et discutée, alors même que le « tournant géographique » a progressivement conduit l’ensemble des sciences sociales à prendre l’espace au sérieux.
Enfin, plusieurs courants ou tendances récentes ont pour effet de mettre en question l’idée même que des théories de l’espace puissent être possibles, utiles ou légitimes.

Rappel : colloque Planning, law and property rights (PLPR) du 15 au 19 février à Berne

Capture

L’université de Berne accueille conférence PLPR 2016. Les inscriptions pour participants sont encore possibles ! Tarif préféntiel jusqu’au 31 janvier (approx. 95 euros pour doctorant-es).

Spatial planning is often accused of not being up to the tasks it is supposed to deal with: more parsimonious use of natural resources; conservation of regional identities in the face of global standardization processes; promotion of integrated transport infrastructures; reduction of socioeconomic disparities among territories.

During the last century, all Western countries have developed a complex administrative organization to shape their spatial development. Most countries have passed planning acts accompanied by the development of training programs for planners through national planning schools. Planning departments were created at all levels of government. In most national settings, spatial planning instruments were crafted in a context of land profusion. But are these systems able to meet the challenges of scarcity today? Sprawl reduction, redevelopment, densification, mixed use development and urban land reconversion implies that public actors, developers, real estate specialists, neighborhood or tenant associations will have to deal with competing interests that are rooted in complex property right situations or regimes. For effective steering of spatial development, a deeper understanding of the tight interactions between spatial planning and property rights is required.

Even where economic growth is still given, the actors of spatial planning struggle with this new focus on the redevelopment of pre-used plots. Beside technical challenges, scarcity also questions our development patterns oriented toward growth, increased resource consumption per capita, and growing inequalities.

Flyer de la conférence.

Inscriptions via Conftool.

Informations supplémentaires sur le site de l’Université de Berne.

 

Adaptation du commerce aux dynamiques urbaines : Regards croisés Sud-Nord

Colloque international du 10 au 13 mai 2016, Lomé, Togo

Qu’il s’agisse de l’Afrique ou de l’Europe, les dynamiques urbaines ont été très importantes depuis une soixantaine d’années. Dynamiques tout d’abord spatiales : Lomé s’étale sur à peine 550 hectares en 1950, 6000 en 1980 et 30 000 en 2010. Une agglomération française comme Rennes, avec ses 307 000 habitants en 2010, consomme déjà 1800 hectares en 1950 et 4 000 en 2010. Cet étalement de l’urbain a individualisé un espace central, quartier historique qui fut longtemps la seule centralité, il a fait surgir des périphéries puis des espaces périurbains. Deux dynamiques d’exurbanisation ont joué un rôle prépondérant dans cette évolution : les dynamiques résidentielles et les dynamiques des activités économiques. Dans un premier temps, seule la rente foncière a pu expliquer cet engouement pour ces nouveaux fronts pionniers urbains. Par la suite, les proximités géographiques entre espaces résidentiels et activités, et entre les activités économiques elles-mêmes, ont joué un rôle prépondérant. Rajoutons à cela, une croissance exponentielle des mobilités et nous avons tous les ingrédients pour passer d’une ville pédestre à une ville motorisée, selon l’expression de Marc Wiel, qu’il s’agisse de l’utilisation de la voiture, des motos ou des transports en commun plus ou moins développés selon les villes et les espaces considérés.

Dans ce schéma évolutif, l’activité commerciale a dû s’adapter à ces transformations de la ville. Sous l’action conjuguée d’une plus grande mobilité des consommateurs et de l’émergence d’un commerce de périphérie, l’appareil commercial s’est profondément transformé en une soixantaine d’années. Ces dynamiques commerciales interrogent les chercheurs en Géographie et en sciences humaines et sociales en général, sur les acteurs de ces changements, qu’ils soient détaillants ou grossistes, « petits » commerçants ou « grands » distributeurs, sur les formes spatiales qui surgissent dans les périphéries et les espaces périurbains sous équipés commercialement, sur les restructurations du commerce central qui ne constitue plus qu’une centralité parmi d’autres, sans oublier l’essor récent des technologies de l’information et de la communication qui créent des espaces commerciaux virtuels propices à l’étalement, voire à l’éparpillement de la fonction commerciale.

Il nous est apparu essentiel de confronter nos travaux sur des territoires urbains très différents. En proposant cette thématique à des chercheurs issus des Suds et des Nords, nous sommes conscients des décalages existants. Plutôt que de considérer qu’il puisse exister des déphasages chronologiques incontournables, les Suds évoluant devant plus ou moins selon les schémas des Nords, il nous semble plus intéressant de tenter d’individualiser les originalités d’évolution récente en termes de dynamiques commerciales. Ainsi, la diffusion rapide de la téléphonie mobile dans les pays africains a permis d’inventer de nouvelles applications inconnues au Nord. Pour faciliter des échanges autour des idées susmentionnées, des thématiques riches et variées ont été retenues.

Plus d’informations sur http://netcom.revues.org/1926?utm_source=alert