Adaptation du commerce aux dynamiques urbaines : Regards croisés Sud-Nord

Colloque international du 10 au 13 mai 2016, Lomé, Togo

Qu’il s’agisse de l’Afrique ou de l’Europe, les dynamiques urbaines ont été très importantes depuis une soixantaine d’années. Dynamiques tout d’abord spatiales : Lomé s’étale sur à peine 550 hectares en 1950, 6000 en 1980 et 30 000 en 2010. Une agglomération française comme Rennes, avec ses 307 000 habitants en 2010, consomme déjà 1800 hectares en 1950 et 4 000 en 2010. Cet étalement de l’urbain a individualisé un espace central, quartier historique qui fut longtemps la seule centralité, il a fait surgir des périphéries puis des espaces périurbains. Deux dynamiques d’exurbanisation ont joué un rôle prépondérant dans cette évolution : les dynamiques résidentielles et les dynamiques des activités économiques. Dans un premier temps, seule la rente foncière a pu expliquer cet engouement pour ces nouveaux fronts pionniers urbains. Par la suite, les proximités géographiques entre espaces résidentiels et activités, et entre les activités économiques elles-mêmes, ont joué un rôle prépondérant. Rajoutons à cela, une croissance exponentielle des mobilités et nous avons tous les ingrédients pour passer d’une ville pédestre à une ville motorisée, selon l’expression de Marc Wiel, qu’il s’agisse de l’utilisation de la voiture, des motos ou des transports en commun plus ou moins développés selon les villes et les espaces considérés.

Dans ce schéma évolutif, l’activité commerciale a dû s’adapter à ces transformations de la ville. Sous l’action conjuguée d’une plus grande mobilité des consommateurs et de l’émergence d’un commerce de périphérie, l’appareil commercial s’est profondément transformé en une soixantaine d’années. Ces dynamiques commerciales interrogent les chercheurs en Géographie et en sciences humaines et sociales en général, sur les acteurs de ces changements, qu’ils soient détaillants ou grossistes, « petits » commerçants ou « grands » distributeurs, sur les formes spatiales qui surgissent dans les périphéries et les espaces périurbains sous équipés commercialement, sur les restructurations du commerce central qui ne constitue plus qu’une centralité parmi d’autres, sans oublier l’essor récent des technologies de l’information et de la communication qui créent des espaces commerciaux virtuels propices à l’étalement, voire à l’éparpillement de la fonction commerciale.

Il nous est apparu essentiel de confronter nos travaux sur des territoires urbains très différents. En proposant cette thématique à des chercheurs issus des Suds et des Nords, nous sommes conscients des décalages existants. Plutôt que de considérer qu’il puisse exister des déphasages chronologiques incontournables, les Suds évoluant devant plus ou moins selon les schémas des Nords, il nous semble plus intéressant de tenter d’individualiser les originalités d’évolution récente en termes de dynamiques commerciales. Ainsi, la diffusion rapide de la téléphonie mobile dans les pays africains a permis d’inventer de nouvelles applications inconnues au Nord. Pour faciliter des échanges autour des idées susmentionnées, des thématiques riches et variées ont été retenues.

Plus d’informations sur http://netcom.revues.org/1926?utm_source=alert

Ouvrage « Le droit à la terre » – CETIM

PRÉSENTATION
Revendication historique des mouvements paysans à travers le monde, la reconnaissance du droit à la terre gagne du terrain au niveau international. Cette publication fait le point sur cet enjeu fondamental de notre temps, non seulement pour les paysans mais également pour le reste de l’humanité, à l’heure où l’on redécouvre l’importance des paysans pour la sécurité alimentaire et la réalisation du droit à l’alimentation, la conservation de la biodiversité et la lutte contre le changement climatique. Alors que des centaines de millions de paysans sont toujours privés d’accès à la terre ou survivent sur de minuscules parcelles, d’autres sont quotidiennement chassés de leurs terres et les accaparements à grande échelle se multiplient. Plus que jamais, la reconnaissance d’un droit à la terre pour les paysans est d’actualité.

Cette publication est le résultat d’un important travail de recherche et d’enquête, et le fruit d’une collaboration avec le mouvement international paysan La Vía Campesina. Elle explique pourquoi une reconnaissance du droit à la terre est nécessaire et présente les principaux enjeux dans les zones rurales sous l’angle de l’agriculture et du droit à l’alimentation. La parole est donnée à quatre organisations paysannes membres de La Vía Campesina en France, en Indonésie, au Zimbabwe et en Colombie pour présenter leurs luttes en faveur du droit à la terre et les pratiques de leur s États respectifs dans la gestion du foncier. Cette publication analyse le contenu des instruments existants et présente des exemples de jurisprudence qui plaident en faveur d’une reconnaissance du droit à la terre, aux niveaux international, régional et national. Enfin, les questions liées au contenu et à la mise en œuvre du droit à la terre sont analysées à la lumière des propositions formulées dans le cadre des négociations au Conseil des droits de l’homme de l’ONU concernant la Déclaration sur les droits des paysans.

TABLE DES MATIÈRES
Introduction

I. Les enjeux liés à la terre

A) Famine et malnutrition dans le monde et leurs causes

B) Les conséquences du modèle de production industrielle promu

II. Luttes paysannes pour le droit à la terre et pratiques des États dans la gestion du foncier

A) France

B) Indonésie

C) Zimbabwe

D) Colombie

III. Droit à la terre dans les normes internationales et régionales

A) Au niveau international

B) Au niveau régional

IV. Exemples de jurisprudence sur les conflits liés à la terre et aux territoires

A) Au niveau international

B) Au niveau régional

C) Au niveau national

V. Vers une reconnaissance du droit à la terre pour les paysans

A) Projet de Déclaration de l’ONU sur les droits des paysans

B) De la propriété privée à la fonction sociale de la terre

C) Sécurité d’occupation

Conclusion

[ OUVRAGE TÉLÉCHARGEABLE ICI ]

Le Comité foncier à la Cop 21 !

Le Comité foncier à la Cop 21 !

du 05/12/2015 au 06/12/2015

« Dans le cadre de la mobilisation autour de la cop 21, qui se déroule du 30 novembre au 11 décembre à Paris,  un consortium d’organisations internationales organisent le Global Landscape Forum, le 5 et 6 décembre prochain, au Palais des Congrès. Ce forum rassemblera plus de 2500 professionnels, réunis pour débattre du changement climatique, en lien avec les questions d’usage des sols.

Le CTFD, représenté par Etienne Leroy, professeur d’anthropologie juridique, participera à l’une des session de ce forum, intitulée « Commons tenure for a common future ». Cet échange sera l’occasion pour le Comité de présenter l’état de ses réflexions sur la question des communs, nouveau chantier de travail collectif (cf. note de synthèse n°19, à paraître sur le portail du CTFD ici). La communication présentée s’intitule « The Two Faces of the Commons ».

Des membres de l’ILC, du CIFOR, d’Oxfam, du FES et du CAPRI composeront le panel des intervenants. La session permettra de présenter l’état de la recherche sur :

1/ l’importance des communs, face aux enjeux du changement climatique et la dégradation des terres ;

2/ les défis et les solutions possibles pour sécuriser davantage la tenure foncière sur ces communs ;

3/ les perspectives de la société civile sur le sujet ;

4/ la potentielle contribution des communs à une croissance inclusive, en articulant ce débat avec la mise en œuvre des mécanismes REDD+.

En parallèle de cet évènement, le Comité foncier rencontrera une délégation de parlementaires africains, dans le but de présenter le CTFD et d’échanger sur de potentielles collaborations futures. Le Comité travaille d’ores et déjà avec les parlementaires autour de la régulation des investissements agricoles. Un atelier de formation se tiendra sur ce sujet du 14 au 16 décembre à Abidjan.

Consulter le programmer détaillé de la session « Commons tenure for a common future » ici.

Consulter le programme complet du Global Landscape Forum ici. »

Source : [ foncier-developpement.fr ]