Colloque “L’appropriation privative du collectif et du commun”, 21 et 22 janvier 2016, Paris

L’appropriation privative du collectif et du commun : théories, histoire et politiques

Avec la marchandisation (commodification) et la propriétarisation (proprietarization) tendancielles de toutes les portions de la vie humaine et des ressources, on peut se demander si l’on n’assiste pas à l’extension du domaine des biens privés au détriment de celui des biens publics/collectifs et communs. Si c’est le cas, quels sont les enjeux, les implications et les conséquences éventuelles d’une telle relation de vases communicants ?

Dates : 21 et 22 janvier 2016

Lieu : Maison des Sciences Économiques, 106-112, boulevard de l’Hôpital, 75013 Paris.

Comité scientifique :  Marie-Aline Chardeaux (Paris-Est Créteil), Marie Cornu (CNRS), Marc Fleurbaey (Princeton), Caroline Guibet Lafaye (CNRS), Stéphane Haber (Paris 10), Agnès Labrousse (Université Picardie Jules-Verne), Christian Laval (Paris 10), Emmanuel Picavet (Paris 1), Sarah Vanuxem (Nice Sophia Antipolis), Richard Sturn (Graz).

Comité d’organisation :  Elodie Bertrand (CNRS, PHARE), Pierre Crétois (Sophiapol), Michel Forsé (CNRS, CMH), Caroline Guibet Lafaye (CNRS, CMH), Philippe Poinsot (Paris-Est, LVMT), Cédric Rio (CNRS, CMH), Thomas Watkin (Univ. de Nîmes)

 

[ programme complet ]

Parution : « La production des espaces urbains à Phnom Penh. Pour une géographie sociale de l’immobilier » – Gabriel Fauveaud

index« Cet ouvrage examine la transformation contemporaine des territoires urbains de Phnom Penh, capitale du Cambodge, par l’étude de la production, des activités et des stratégies immobilières. Le fait immobilier ne se limite pas à sa dimension économique : il est aussi tributaire des dynamiques sociales, politiques, culturelles et spatiales qui structurent à la fois les formes urbaines produites, le déploiement des activités qui y sont associées et les stratégies des acteurs impliqués. Cet ouvrage propose ainsi une « géographie sociale de l’immobilier » à Phnom Penh, qui semble d’autant plus justifiée par la trajectoire urbaine aussi singulière que tragique de cette petite capitale sud-est asiatique : entre 1975 et 1979, la ville fut totalement vidée de ses habitants par le régime khmer rouge, sous lequel près d’un quart de la population du pays trouva la mort. En ce sens, la réorganisation de la production immobilière participe de la renaissance d’une urbanité partiellement détruite. Cependant, ces processus suscitent d’importantes tensions socio-spatiales, qui démontrent à quel point l’immobilier est devenu, aussi bien à Phnom Penh que dans un très grand nombre de contextes urbains, une activité qui génère de fortes inégalités socio-économiques. Ce livre montre ainsi que l’immobilier est le produit de multiples relations de pouvoir où différents acteurs jouent avec les territoires pour s’approprier les ressources qu’ils contiennent.

Gabriel Fauveaud est docteur en géographie et diplômé de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur les dynamiques socio-spatiales des pratiques, stratégies et productions immobilières dans les pays en développement. Il a publié de nombreux articles sur Phnom Penh en français et en anglais. Il poursuit actuellement ses recherches à l’Institut d’urbanisme et au Département de sciences politiques de l’Université de Montréal. »

[ site de l’éditeur ]

Un site dédié aux DVF !

Une bonne nouvelle pour les utilisateurs actuels et futurs des données du service DVF (Demande de Valeurs Foncières).

Les travaux du groupe nationale-DVF ont aboutit à la rédaction d’un guide pratique complet et à la mise en ligne d’un site dédié qui permet l’accès à une mine d’information.

Il est organisé en fiches téléchargeables qui couvrent tout (ou presque) : de la théorie à la pratique , de l’accès au service à l’utilisation pratique des données.

[ ACCÈS AU SITE ]

Aussi, n’oubliez pas le blog  SIG & Urba hébergé par GeoRezo qui est le lieu d’échanges et d’infos sur les DVF.

[ DVF sur SIG & Urba ]

Appel à contribution pour la revue Espaces et sociétés sur “Logement et inégalités”

Le logement est un objet profondément politique. Cet appel à articles part de l’idée selon laquelle cet enjeu politique est directement lié à la prégnance des inégalités sociales dans le logement, qu’il s’agisse des relations asymétriques entre propriétaire et locataire ou des multiples dimensions que revêtent les inégalités en termes d’accès et de conditions de logement (niveau de confort, statut d’occupation, coût du logement rapporté aux revenus, prestige de l’emplacement, etc.).

Coordination du dossier
Florence Bouillon, Anne Clerval, Stéphanie Vermeersch

Calendrier
1er avril 2016 : date limite de remise des articles
15 juin 2016 : information des auteurs

Adresse pour la correspondance
exclusivement en version électronique par courriel aux deux adresses suivantes :
florence.bouillon@gmail.com
anne.clerval@univ-paris-est.fr
stephanie.vermeersch@u-paris10.fr

Les auteurs qui s’interrogent sur la pertinence de leur proposition
peuvent contacter les coordinateurs

[ appel complet ]

Colloque Géopoint16 : De l’espace pour la théorie !

Logo Geopoint_Logo Geopoint16

Géopoint16 se déroulera les 13, 14 et 15 juin 2016 à Lausanne, avec pour thématique « De l’espace pour la théorie ».
Qu’est-ce qu’une théorie de l’espace ? A-t-on besoin de théorie pour le décrire, l’expliquer, le comprendre, le transformer ?
Sur le principe, ces questions semblent appeler une réponse consensuelle, mais, en pratique, ce n’est pas si simple.
D’abord, nombre de chercheurs continuent de se détourner de la construction de concepts et d’énoncés théoriques.
Ensuite, la contribution de la recherche sur l’espace à l’ensemble des théories du monde social reste souvent implicite, insuffisamment diffusée et discutée, alors même que le « tournant géographique » a progressivement conduit l’ensemble des sciences sociales à prendre l’espace au sérieux.
Enfin, plusieurs courants ou tendances récentes ont pour effet de mettre en question l’idée même que des théories de l’espace puissent être possibles, utiles ou légitimes.

Rappel : colloque Planning, law and property rights (PLPR) du 15 au 19 février à Berne

Capture

L’université de Berne accueille conférence PLPR 2016. Les inscriptions pour participants sont encore possibles ! Tarif préféntiel jusqu’au 31 janvier (approx. 95 euros pour doctorant-es).

Spatial planning is often accused of not being up to the tasks it is supposed to deal with: more parsimonious use of natural resources; conservation of regional identities in the face of global standardization processes; promotion of integrated transport infrastructures; reduction of socioeconomic disparities among territories.

During the last century, all Western countries have developed a complex administrative organization to shape their spatial development. Most countries have passed planning acts accompanied by the development of training programs for planners through national planning schools. Planning departments were created at all levels of government. In most national settings, spatial planning instruments were crafted in a context of land profusion. But are these systems able to meet the challenges of scarcity today? Sprawl reduction, redevelopment, densification, mixed use development and urban land reconversion implies that public actors, developers, real estate specialists, neighborhood or tenant associations will have to deal with competing interests that are rooted in complex property right situations or regimes. For effective steering of spatial development, a deeper understanding of the tight interactions between spatial planning and property rights is required.

Even where economic growth is still given, the actors of spatial planning struggle with this new focus on the redevelopment of pre-used plots. Beside technical challenges, scarcity also questions our development patterns oriented toward growth, increased resource consumption per capita, and growing inequalities.

Flyer de la conférence.

Inscriptions via Conftool.

Informations supplémentaires sur le site de l’Université de Berne.