LANDac Annual International Conference 30 June – 1 July 2016

14.-Panorama-Utrecht-klein-200x200

LINKING THE RURAL AND THE URBAN

  • thematic sessions
  • key note speakers
  • book presentations
  • workshops
  • round table discussions

EXTENDED DEADLINE: 26 FEBRUARY 2016

CALL FOR ABSTRACTS AVAILABLE HERE: Call for abstracts – extended deadline

Please find the 2015 Conference report here: LANDac_Report-final.

The LANDac International Conference on Land Governance for Equitable and Sustainable Development took place on 8, 9 and 10 July 2015 in Utrecht, the Netherlands. The Conference was organized by the Netherlands Academy on Land Governance (LANDac) and its partners and aimed to present state-of-the-art knowledge on how land governance may contribute to equitable and sustainable development, as well as set the agenda for future research and foster new collaborations for research, policy and practice. The Conference coincided with the 6th LANDac Summer School ‘Land Governance for Development’.

For more information, see http://www.landgovernance.org/landac-international-conference/

7th Annual Meeting ALPS 20-21 May 2016

Media,531264,en

The School of Law at Queen’s University Belfast is delighted to host the 7th Annual Meeting of the Association for Law, Property and Society (ALPS), the first time this prestigious event has been held outside North America.

The meeting will take place from Friday 20th to Saturday 21st May 2016 at Riddel Hall, home of the William J Clinton Leadership Institute.

20-21 May 2016

 

ALPS is a scholarly society seeking to encourage dialogue across and among people in many disciplines that are interested in property law, policy, and theory. Its annual meeting offers an unrivalled opportunity to experience the breadth of world-class scholarship in these fields, and meet property teachers and researchers from around the globe.

Appel à contributions – « Ciudades y conflictos en América Latina: ayer, hoy y mañana »

Appel à communication

La revista Territorios convoca a proponer artículos desde cuatro ejes principales:

–          Conflictos de ordenamiento territorial, planificación y proyecto urbano: los conflictos relacionados al acceso al suelo, a la legalización de la propiedad o a los procesos de expropiación, los lugares movilizados por (o dentro de) los conflictos, las relaciones simbólicas que existen entre los conflictos y estos lugares, los discursos que acompañan tanto las intervenciones urbanas como las luchas y reivindicaciones.

–          Conflictos por el acceso y la gestión de los servicios públicos: las reivindicaciones por la igualdad en el acceso a los servicios básicos (agua, luz, etc.), sociales (salud, educación, etc.) u otros como el transporte, los conflictos relacionados con las modalidades de gestión de los servicios públicos urbanos.

–          Conflictos ambientales: en relación al auge de la temática ambiental en la agenda política y su inserción en las políticas urbanas, conflictos sobre problemas ambientales en la ciudad o relacionados a la explotación de recursos naturales por y para la ciudad.

–          Conflictos, inseguridad y orden público: las implicaciones de la regulación de los “disturbios” en la organización y el funcionamiento de la ciudad. Las reivindicaciones de seguridad y las manifestaciones y la gestión del orden público y de la violencia.

Date limite : 30 avril 2016

[ appel complet ]

Les producteurs de grandes cultures dans le périurbain toulousain. Quelle insertion dans les territoires de la demande urbaine ?

auteurs : Isabelle Duvernoy et Sylvie Paradis

En France, l’agriculture périurbaine, de mieux en mieux protégée par les documents d’urbanisme, fait face à un paradoxe. La « demande urbaine », exprimée par les collectivités territoriales, réclame la production d’une alimentation de proximité, notamment de produits frais. Elle témoigne d’un souci pour le maintien d’une qualité et d’une accessibilité de l’environnement à proximité des villes. Pourtant, la majorité des exploitations et des surfaces agricoles sont dédiées à des productions répondant à un autre modèle professionnel : la production de grandes cultures. C’est le cas par exemple dans l’aire urbaine de Toulouse. Nous souhaitons dans cet article rendre compte de l’ancrage des producteurs en grandes cultures dans les territoires périurbains, territoires qui sont désormais organisés par des acteurs non agricoles. J.Agnew (1990) différencie trois dimensions dans le rapport d’une activité au territoire. Ces dimensions ont servi de guide pour analyser les entretiens menés auprès de 15 producteurs en grandes cultures, installés dans l’aire urbaine toulousaine. Les résultats de cette analyse qualitative permettent de mieux comprendre l’exercice de leur activité en contexte périurbain, en vue de mieux les accompagner et développer de nouveaux services et biens pour la vie urbaine.

[ article complet ]

Appel à contribution – Geocarrefour – « Gouverner la ville verticale »

Appel à communication

> Les tours dans la légitimation politique et l’imaginaire de la ville
> Fonctions, marchés et entrepreneurs de la ville verticale
> Vivre ensemble dans la ville verticale : solidarité, entre soi, contrôle
> La verticalisation contestée : quelle régulation politique des tours ?

Ce numéro spécial de la revue Géocarrefour entend se saisir des enjeux politiques de la verticalisation passée et contemporaine de l’urbanisation, alors que se multiplient les tours dans les villes à travers le monde et que les espaces souterrains et aériens sont de plus en plus mobilisés et contestés. L’intensification de l’urbanisation qui en résulte, planifiée (injonction à la ville dense) ou non, accroit localement la pression sur les ressources, contribue à modifier les circulations, à fragmenter l’espace social et réinterroge plus largement la production, la régulation et le partage des environnements urbains.

Dans le même temps, émergent des propositions théoriques visant à formaliser le volume urbain ou à renouveler les grilles d’analyse de la ville dans les trois dimensions que sont la longueur, la largeur et la hauteur (Graham, 2011 ; Harris, 2014). Les études urbaines ont produit un appareil théorique fondé principalement sur deux dimensions de l’espace géographique. Avec la verticalisation rapide des métropoles, un renouvellement des réflexions et actions sur la ville est nécessaire : il passe par le croisement des regards disciplinaires sur le couple horizontalité/verticalité urbaines.

Plusieurs recherches adoptant une entrée verticale ont toutefois été menées, marquées néanmoins par leur rattachement disciplinaire et l’absence de perspective systémique et transversale. Dans les domaines de l’architecture et des sciences de l’ingénieur, l’attention s’est portée sur la durabilité supposée des tours (Yeang, 1996 ; Ferrier, 2007) sans que les usages ni les modalités de gouvernance soient considérés. D’autres travaux ont porté sur l’analyse des enjeux paysagers des transformations physiques des villes (McNeill, 2002 ; Appert, 2008 ; Appert et Montès, 2015) dans la perspective d’un empaysagement croissant des sociétés (Debarbieux, 2007). La question des usages et de l’accès aux strates supérieures de la ville verticale s’est principalement construite à partir d’une grille critique, qui réinterroge la propriété, l’accessibilité et le contrôle des espaces en hauteur (Ayoub, 2009 ; Graham et Hewitt, 2013). Cette dernière approche conduit progressivement les chercheurs à questionner la concentration, ségrégation et fragmentation sociales dans leur dimension verticale (Appert, 2012 ; Harris, 2014 ; Charney et Rosen, 2014). La valeur attribuée à la hauteur est alors déterminante pour les promoteurs mais aussi pour les populations et les collectivités, tant d’un point de vue économique que symbolique (Han et al., 2005 ; Moon et al., 2010). Si la question du droit à la ville se pose dans la verticalisation de la ville, elle renvoie plus généralement aux débats sur les modes de gouvernance « public-privé » des métropoles.

Les articles attendus, issus de disciplines diverses dont la géographie, l’urbanisme, la science politique, l’histoire, l’économie ou la sociologie, pourront s’appuyer sur des comparaisons ou des monographies. Les propositions pourront interroger de façon empirique et/ou théorique la verticalisation des espaces urbanisés, appréhender les enjeux politiques de la verticalisation à l’époque contemporaine ou dans le passé. Ce numéro spécial souhaite approfondir la gouvernance de la ville verticale à partir de contextes urbains variés, tant du point de vue de la forme urbaine que de celui de l’inscription politique et économique dans la hiérarchie internationale des villes dans les différentes régions du monde. Les articles s’inscriront dans l’une des quatre thématiques présentées ci-dessous et pourront les croiser.

 

 

 

AU PLUS TARD LE 30 avril 2016

[ appel complet ]