Appel à contribution – Geocarrefour – « Gouverner la ville verticale »

Appel à communication

> Les tours dans la légitimation politique et l’imaginaire de la ville
> Fonctions, marchés et entrepreneurs de la ville verticale
> Vivre ensemble dans la ville verticale : solidarité, entre soi, contrôle
> La verticalisation contestée : quelle régulation politique des tours ?

Ce numéro spécial de la revue Géocarrefour entend se saisir des enjeux politiques de la verticalisation passée et contemporaine de l’urbanisation, alors que se multiplient les tours dans les villes à travers le monde et que les espaces souterrains et aériens sont de plus en plus mobilisés et contestés. L’intensification de l’urbanisation qui en résulte, planifiée (injonction à la ville dense) ou non, accroit localement la pression sur les ressources, contribue à modifier les circulations, à fragmenter l’espace social et réinterroge plus largement la production, la régulation et le partage des environnements urbains.

Dans le même temps, émergent des propositions théoriques visant à formaliser le volume urbain ou à renouveler les grilles d’analyse de la ville dans les trois dimensions que sont la longueur, la largeur et la hauteur (Graham, 2011 ; Harris, 2014). Les études urbaines ont produit un appareil théorique fondé principalement sur deux dimensions de l’espace géographique. Avec la verticalisation rapide des métropoles, un renouvellement des réflexions et actions sur la ville est nécessaire : il passe par le croisement des regards disciplinaires sur le couple horizontalité/verticalité urbaines.

Plusieurs recherches adoptant une entrée verticale ont toutefois été menées, marquées néanmoins par leur rattachement disciplinaire et l’absence de perspective systémique et transversale. Dans les domaines de l’architecture et des sciences de l’ingénieur, l’attention s’est portée sur la durabilité supposée des tours (Yeang, 1996 ; Ferrier, 2007) sans que les usages ni les modalités de gouvernance soient considérés. D’autres travaux ont porté sur l’analyse des enjeux paysagers des transformations physiques des villes (McNeill, 2002 ; Appert, 2008 ; Appert et Montès, 2015) dans la perspective d’un empaysagement croissant des sociétés (Debarbieux, 2007). La question des usages et de l’accès aux strates supérieures de la ville verticale s’est principalement construite à partir d’une grille critique, qui réinterroge la propriété, l’accessibilité et le contrôle des espaces en hauteur (Ayoub, 2009 ; Graham et Hewitt, 2013). Cette dernière approche conduit progressivement les chercheurs à questionner la concentration, ségrégation et fragmentation sociales dans leur dimension verticale (Appert, 2012 ; Harris, 2014 ; Charney et Rosen, 2014). La valeur attribuée à la hauteur est alors déterminante pour les promoteurs mais aussi pour les populations et les collectivités, tant d’un point de vue économique que symbolique (Han et al., 2005 ; Moon et al., 2010). Si la question du droit à la ville se pose dans la verticalisation de la ville, elle renvoie plus généralement aux débats sur les modes de gouvernance « public-privé » des métropoles.

Les articles attendus, issus de disciplines diverses dont la géographie, l’urbanisme, la science politique, l’histoire, l’économie ou la sociologie, pourront s’appuyer sur des comparaisons ou des monographies. Les propositions pourront interroger de façon empirique et/ou théorique la verticalisation des espaces urbanisés, appréhender les enjeux politiques de la verticalisation à l’époque contemporaine ou dans le passé. Ce numéro spécial souhaite approfondir la gouvernance de la ville verticale à partir de contextes urbains variés, tant du point de vue de la forme urbaine que de celui de l’inscription politique et économique dans la hiérarchie internationale des villes dans les différentes régions du monde. Les articles s’inscriront dans l’une des quatre thématiques présentées ci-dessous et pourront les croiser.

 

 

 

AU PLUS TARD LE 30 avril 2016

[ appel complet ]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.